par

Bienvenue sur coronavirus statistiques,
seul site de statistiques COVID-19 allant du
département au continent

POINT DE SITUATION | FRANCE

Mercredi 24 juin 2020

 

Sur quelle vague allons nous surfer cet été ?

Après 8 jours de mise au vert en contact seulement avec mes potes, des chamois et des traces de loups, je retrouve une actualité en pleine forme qui recommence même à faire des vagues. J’ai quitté un monde dont la préoccupation principale était les vacances et je le retrouve en train de compter les vagues. Pour l’instant, je cherche encore à savoir s’il existe un rapport direct entre ces vagues et les vacances ?

Je pense avoir identifié plusieurs types de vagues. La première que vous allez trouver le long de la plupart des côtes françaises comme la Méditerranée où il y a quelques requins qui sont, paraît-il, sans danger pour l’homme. La deuxième est celle qui annoncerait une rechute de la pandémie. Pour l’instant, il existe une crainte qui peut être salutaire si elle permet de ne pas abandonner trop vite les gestes barrière. La troisième, qui est tout à fait inattendu (pour moi), est le résultat de l’abandon des soins habituels de peur d’être contaminé en quittant son confinement. Beaucoup de gens se sont mis en danger et maintenant l’hôpital va devoir à nouveau ouvrir ses portes en grand pour eux. À cela, il faudra ajouter tous ceux que le confinement a gravement perturbés. Il faut aussi penser à une quatrième vague dû aux effets collatéraux largement prévisibles dans le domaine économique et social. Il va surtout affecter les petites sociétés, l’évènementiel, les jeunes et les personnes les plus fragiles…

Pour l’instant tout le monde, les scientifiques en tête, redoutent la deuxième vague de la pandémie. Je ne voudrais surtout pas faire de vague mais je pense qu’il faut regarder cette problématique sérieusement à 3 niveaux : France, Europe et Monde. Dans une pandémie planétaire, personne n’est vraiment à l’abri et les prédictions des uns et des autres ont une fiabilité  quasi-nulle. Ce qui se passe actuellement à l’autre bout du Monde démontre que nous ne sommes pas du tout en mesure de fermer ce dossier.

En France, la situation reste très encourageante malgré une remontée endémique de début de semaine due à la baisse de la collecte des données le week-end !!! Cela ne veut pas encore dire que nous sommes tirés d’affaires. Le déconfinement s’est plutôt bien passé mais le relâchement excessif style « fête de la musique » a été jugé par certains comme déplorable. Un petit nombre d’écoles ont dues être refermées pour limiter les risques de contamination. Le taux d’immunité collective est de l’ordre de 5% et le Ro qui était descendu à 0.73 est remonté à 0.93 voire plus pour certaines régions (Martinique, Occitanie, Normandie, Auvergne-Rhône-Alpes). La Finlande a rouvert ses frontières aux pays européens à faible taux d’infection à l’exception de l’Espagne, la Belgique et la France qui compte encore près de 300 clusters, ce nombre étant d’ailleurs en légère augmentation. Hier, TripAdvisor qui déconseillait de venir passer ses vacances en France est déjà en train de se raviser !!!

En Europe, les choses sont aussi très encourageantes. Les chiffres sont très nettement à la baisse puisqu’en 2 mois ils sont passés de 4 000 à 400 décès/jour avec une décroissance régulière d’environ 18% par semaine. Les derniers points chauds sont la Russie et l’UK qui affichent encore une centaine de décès/jour. Globalement la situation semble sous contrôle même si on note quelques problèmes qui ont obligé à décréter un nouveau confinement local. C’est le cas de l’Allemagne suite à une contamination importante dans un abattoir et à Lisbonne à cause de nombreux rassemblements trop importants. À Londres, le déconfinement un peu rapide va peut-être conduire à redéfinir momentanément des règles plus strictes. Et que penser de l’EU qui vient d’interdire, pendant 30 jours, l’entrée sur son territoire aux étrangers n’appartenant au bloc des 27 ?

 

 

Dans le Reste du monde les choses ne s’arrangent pas du tout (voir figure ci-dessus). En prenant une période de référence de 2 mois (comme pour l’Europe) on note une croissance moyenne du nombre de décès/jour d’environ 18% par semaine pour le Mexique, le Pérou, le Chili, le Brésil et le reste de l’Amérique Latine. Dans le même temps, les US ont connu une décroissance d’environ 10% par semaine. Parallèlement, à l’autre bout du monde le Mideast, l’Afrique et l’Asie affichent une croissance moyenne d’environ 12% par semaine. Tous ces résultats étaient difficilement prévisibles il y a 2 mois : le nombre de décès/jour total est passé par un maximum il y a 2 mois (≈ 6 500), puis par un minimum il y a 1 mois (≈ 4 000) pour repartir à la hausse (≈ 4 600) avec une pente d’environ 3% par semaine. 

NB : Vous pouvez retrouver dans les archives, l’article du 05.06 avec la figure qui donne accès de manière interactive à l’ensemble des données de tous les pays.

Pour la France il faut encore noter deux choses intéressantes : 

Le virus est toujours actif et il est indispensable de continuer à avoir un comportement responsable. Pourtant, lorsque je vais dans le supermarché du coin avec mon masque, la plupart des gens n’en ont pas et me regardent avec des « yeux de mérou », comme un pestiféré. Ont-ils seulement compris que je les protège autant que je me protège ?

 

Henri DIDELLE le 25.06.20

 

Lien utiles

La page de statistiques globale

Les anciennes analyses de la situation

 

Explorateur

Choisissez votre pays