par

Bienvenue sur coronavirus statistiques,
seul site de statistiques COVID-19 allant du
département au continent

POINT DE SITUATION | FRANCE

Mercredi 16 octobre 2020

 

Le taux de positivité ne fléchit pas

 

Plus de 30 000 cas positifs et 88 décès en 24 heures en France

Santé Publique France (SPF) a fait état de la découverte de 30 621 cas positifs de COVID-19 au cours des dernières 24 heures. Ces chiffres sont totalement inédits depuis la mise en place d’une opération de dépistage massif sur tout le territoire. C’est même la première fois que le bilan journalier franchi le cap des 30 000 nouvelles contaminations en France, et plus largement en Europe. Depuis le début de la pandémie, 809 684 personnes ont contracté le coronavirus dans le pays. Le taux de positivité des tests est actuellement à 12, 6 % contre 12,2 % la veille.

 

 

Parallèlement, 88 personnes ont perdu la vie à l’hôpital, augmentant le total des victimes de l’épidémie à 33 125. Il y a 9 605 (+1 207 en 24 heures) patients hospitalisés dus à la COVID-19, dont 1 750 (+77) en service de réanimation. Le nombre de clusters en cours d’investigation s’élève à 1 586 avec 30 nouveaux foyers de contamination détectés pendant la journée d’hier. La France compte actuellement 84 départements en situation de vulnérabilité élevée.

Face Ă  la propagation active du virus sur le territoire, le gouvernement a dĂ©cidĂ© ce mercredi de rĂ©tablir l’état d’urgence sanitaire – qui avait Ă©tĂ© levĂ© le 10 juillet dernier. Celui-ci prendra effet Ă  partir du 17 octobre Ă  00 h 00, tout comme le couvre-feu annoncĂ© par Emmanuel Macron lors de son allocution tĂ©lĂ©visĂ©e le mĂŞme jour. Cette mesure concerne Paris et la rĂ©gion ĂŽle-de-France, ainsi que huit mĂ©tropoles (Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse). Elle s’étendra entre 21 h et 6 h du matin, et durera six semaines. L’infraction au couvre-feu sans motif valable sera passible d’une amende de 135 euros. Le prĂ©sident de la RĂ©publique a Ă©tĂ© clair : « Nous sommes dans la deuxième vague. Le virus recircule très vite en Europe et dans notre pays ».

 

Nouvelles du monde

L’anniversaire n’a pas Ă©tĂ© joyeux. Aux États-Unis, une soirĂ©e d’anniversaire qui s’est dĂ©roulĂ©e le 25 septembre dernier Ă  l’hĂ´tel au Miller Place Inn dans la banlieue huppĂ©e de Long Island, Ă  New-York, est devenue un gros foyer d’infection. 37 des convives de ce « Sweet 16 » (ou 16e anniversaire) ont Ă©tĂ© testĂ©s positifs Ă  la COVID-19. Depuis l’évĂ©nement, le virus s’est rapidement propagĂ©, au point que les autoritĂ©s locales ont rĂ©pertoriĂ©s 334 contacts et 270 personnes – qui ont Ă©tĂ© mises Ă  l’isolement. Une Ă©cole a dĂ» fermer, ainsi que l’établissement oĂą se sont dĂ©roulĂ©es les festivitĂ©s. L’hĂ´tel a d’ailleurs Ă©tĂ© momentanĂ©ment mis Ă  l’arrĂŞt et condamnĂ© Ă  payer une amende de 12 000 dollars (10 250 euros). Les rassemblements de plus de 50 personnes sont interdits dans la Grande Pomme.

En Chine, la ville chinoise de Jiaxing propose à ses 4, 7 millions d’habitants « une vaccination d’urgence » contre la COVID-19. Selon le Centre de contrôle des maladies infectieuses local, les personnes entre 18-59 ans peuvent venir en consultation pour recevoir le vaccin depuis le 15 octobre. Ce remède, encore expérimental et pas encore approuvé commercialement, a été mis au point par une société privée appelée Sinovac. Coûtant 400 yuans (ou 51 euros), il est administré en deux temps, avec 14 à 28 jours d’intervalle. C’est la première opération d’envergure de ce type en Chine, où une dizaine de vaccins ont déjà été expérimentés sur l’homme. Quatre d’entre eux, incluant celui de Sinovic, se sont hissés à la phase 3 des essais cliniques.

 

 

La statistique du jour – le coronavirus et le cancer du poumon

Selon le Cancer Research UK, le nombre de patients recensés souffrant d’un cancer du poumon a diminué de 50 % à cause de l’épidémie de COVID-19. En effet, dès l’apparition d’une toux, les gens ont tendance à s’isoler volontairement au lieu de consulter un spécialiste. Résultats, ce sont des milliers de personnes atteints du cancer du poumon qui n’ont pas été diagnostiqués de la maladie, croyant à tort qu’il s’agissait du coronavirus à cause de la similarité des symptômes (toux persistante, fatigue et essoufflement).

Chiffres encore plus inquiĂ©tants, 3 millions de personnes ne se sont pas prĂ©sentĂ©s aux tests de dĂ©pistage des tumeurs au cours de cette annĂ©e. De plus, d’après le Cancer Research UK, seuls 16 000 patients ont Ă©tĂ© envoyĂ©s d’urgence en Angleterre pour y subir des tests de dĂ©pistage du cancer du poumon depuis le mois de mars. Pendant une annĂ©e normale, les mĂ©decins s’attendent gĂ©nĂ©ralement Ă  accueillir 34 000 malades du cancer du poumon.

Les experts craignent donc que les malades du cancer du poumon attendent trop longtemps pour se faire soigner, parce qu’ils croient être atteints de la COVID-19. Or, un dépistage précoce du cancer du poumon est indispensable pour augmenter leur chance de survie.

 

 

 

Emma Fanomezantsoa, le 16/10.

 

Liens utiles

La page de statistiques globale

Les anciennes analyses de la situation

 

Explorateur

Choisissez votre pays